Publié le 28 Juillet 2014

La chèvre du Massif-Central a été officiellement reconnue par la CNAG DU 16 MARS 2010


9231355-icone-glosssy-info-acier Novembre 2013: la Confédération Paysanne a édité un livret sur la thématique de la biodiversité animale à la ferme. Les chèvres Massif Central participent à cette biodiversité! Nous le mettons ici à votre disposition: Livret biodiversité animale Livret biodiversité animale.  

Ce livret est gratuit, n'hésitez pas à le diffuser largement.

 

 

 

 

PRESENTATION


Alors que l'alerte concernant la disparition des espèces animales sauvages a sonné depuis de nombreuses décennies, relayée par des associations internationales aujourd'hui connues du plus large public, celle des animaux domestiques est longtemps restée méconnue, trop longtemps ignorée du monde agricole lui-même, et de ses instances.
Se sont alors éteintes à jamais de nombreuses races ou populations d'animaux, témoins de la diversité de nos fermes, expression séculaire de l'immense richesse de nos terroirs, de l'intelligence obstinée de leurs gardiens.

Parmi ces animaux domestiques, la chèvre a sans doute payé avec l'âne son compagnon d'infortune le plus lourd tribu à cette érosion génétique silencieuse. D'aucuns pressentiront très vite dès les années 70, les prémices de la fragilisation actuelle de nos élevages.

Pourtant, depuis une vingtaine d'année de nombreuses associations, groupements de personnes de bonne volonté se relaient au chevet de cette arche patrimoniale vivante; sauvegardant et développant ce qui peut l'être encore.



                                    

Il existe 7 races caprines françaises à faible effectif dont 5 ont été reconnues par le ministère de l'agriculture. Depuis les années 90 des actions de sauvegarde ont été menées pour conserver ces races (populations), dont les effectifs ont fortement chuté entre les années 50 et 70.
Ces programmes de conservations ont généralement débuté par des associations d'éleveurs puis ont été progressivement suivies par l'Institut de l'Élevage dont le rôle principal à l'heure actuelle est la tenue de répertoires, le suivi des lignées, le conseil dans les généalogies. Les effectifs de ces races locales sont plutôt en augmentation comme le confirme Delphine Duclos (responsable des races caprines à faible effectif à l'Institut de l'Élevage). 




                                                                                                                                             

Voir les commentaires

Publié le 28 Juillet 2014

L'Association pour le Renouveau de la Chèvre du Massif-Central a pour objet la promotion et la sauvegarde de la chèvre du Massif-Central. Dans cette optique, il est souhaitable qu'un maximum d'animaux soit répertorié auprès de l'Institut de l'Elevage: si vous possédez une ou des chèvres Massif-Central, inscrivez-les!

Seuls les animaux inscrits au répertoire de l'Institut de l'Elevage font l'objet d'une généalogie connue: ils sont à privilégier.

  • Conseils aux acheteurs:

Nous invitons les acheteurs à consulter le standard de la race (chapitre 4) pour le choix des animaux. Malgré un faible pourcentage de sang étranger, certains animaux peuvent ne pas être conformes à ce standard.

Rappel: le marquage de type Alpin est proscrit par le standard: couleur chamoisée, ou traces telles que raie noire totale ou partielle sur le dos (hors patron coloré gris), triangle noir sur l'arrière de la tête, taches marron rougeâtre, couleur "beige rosé"...Les poils ras sont à éviter chez les chèvres, et interdits chez les boucs.

Il est vivement déconseillé de procéder à des achats sans avoir vu les animaux au préalable.

Règles de diffusion des annonces de vente d'animaux:

  • · Bouquillons: idéalement animaux pré-confirmés, ou inférieur à 12,5% de sang étranger (parents répertoriés) et sans traces de marquage Alpin chamoisé.

  • · Boucs: animaux confirmés, ou inférieur à12,5% de sang étranger (parents répertoriés) et sans traces de marquage Alpin chamoisé.

  • · Chèvres, chevrettes: doivent être mentionnés: l'inscription ou non à l'inventaire, et le pourcentage de sang étranger s'il est connu (maxi entre 25 et 50%)

Dans le cas de vente de lots, préciser une fourchette de pourcentages de sang étranger.

L'ARCM-C n'est en aucun cas responsable de l'état sanitaire et réglementaire des animaux, les transactions sont sous la seule responsabilité des éleveurs.

 

Vos annonces pour recherche ou vente d'animaux sont à envoyer à:

arcmc.contact@gmail.com

 

 

                          LES ANNONCES

le 4/08/14

la Bergerie du Bosc  , ferme en Agriculture Biologique , vends un bouquillon marron et blanc  apte à reproduire cette année 120 euros  et deux chevrettes  125€ l'une, tous âgés de  quatre à cinq mois et dont les parents sont inscrits à l'inventaire , je peux vous transmettre des photos ;

Frédérique Lagier 04 75 34 67 14

                                   ***

Le 10/07/14
l'association T.R.I.(25) vends
- 3 bouquillons, nés en fév.2014, à l'inventaire,de 0 à 12,5 %, passeront leur confirmation à Saint Front.Noir à barrettes,noir et blanc,noir. Tous fils de Paco.
- 7 chevrettes, nées en fév.2014, à l'inventaire,inférieures à 7 %,noires à barrettes,toutes filles de Paco.
Tous ces animaux seront présents sur la Fête de Saint Front, le 20 juillet 2014.
Contact: Association TRI: 03 81 57 56 61.
claire-
asstri@orange.fr

                                    ***

le 3/07/14

Vend deux bouquillons nés mi-avril noir à barettes, pur photos sur demande.

Contact: JP Fargier 06 60 47 56 91

                                                                ****

Le 21/06/2014

A vendre, bouquillons et chevrettes Massif-Central, nés en mars et mai 2014.
Père blanc HERMELIN, 0% sang étranger.
Couleurs des chevreaux : blancs, gris et chocolat, cornus et mottes. Photos sur demande.
Contact : Clara et Gilles SARDIN - 43300 CHASTEL

Tél. : 04 71 77 44 57 ou 06 78 12 62 40
mail: :
lobec@free.fr

                                                              ****

Le 21/05/14

Vend 5 chevrettes et un bouquillon motte.

Père Inouk, chocolat à barette, pur et mères noires à barette entre 12 et 17% de sang étranger. Inscrit à l'inventaire.

Possibilité de les réserver pour la fête de Saint-Front.

Contact: Marc guillhot 06 70 86 01 97 marcopolo.g@hotmail.fr

                                                              ****

Le 19/05/140

Vend 3 chèvres

  • une de 2013 noire et blanche, poils long, cornue (15% sang étranger) non saillie.vendu car tète toujours sa mère. 150€

  • une de 2012 noire et blanche, poils cours, motte

origine partiellement connue conviendrait pour entretient ou production chevreaux. 70€

  • une de 2006 noire et blanche gros gabarit origine Claude Gente 12,5% sang étranger, bonne laitière et bonne état général. 90€3

Didier Bouet. Contact: 06 59 12 05 39 dbouet07@orange.fr

Voir les commentaires

Rédigé par arcmc

Publié le 26 Janvier 2009

Les races caprine à faibles effectifs


Les races communes encore appelées races de pays, constituent des ensembles d'animaux adaptés à un terroir, de constitution robuste, résistants aux maladies et aux influences climatiques particulières (chaleur, froid, sécheresse, milieu montagnard ou désertique...) capables de s'adapter aux différentes conditions d'un territoire donné.

Ces animaux constituent dans leur milieu spécifique, un groupe, une population à forte variabilité phénotypique, en particulier au niveau des couleurs (Poitevine et Rove mises à part).

Ces chèvres communes ne bénéficiant d'aucune organisation raciale ont été longtemps ignorées, voire méprisées par les zootechniciens et ont de ce fait subies une forte érosion lorsque la filière caprine laitière s'est constituée au profit de deux races « nobles » standardisées (Alpine chamoisée, et Saanen d'origine Suisse).

A la différence de ce qui s'est passé pour l'espèce bovine, la conservation des races ovines et caprines émanent d'initiatives d'origine très diverses et non systématiques. Les moyens au niveau national pour entamer des actions de conservations chez les petits ruminants ont été beaucoup moins importants et plus tardifs que pour les bovins. De plus on ne peut calquer directement les actions de conservations mises en place chez l'espèce bovine en raison de contraintes spécifiques aux petits ruminants. L'hétérogénéité est donc de mise pour ces deux espèces (intervalles de générations plus courts, effectifs moyens plus élevés, insémination d'un usage moins répandu).

 

 

 Bilan de vingt ans d'actions de conservation 

 des races locales françaises de ruminants



Article de Laurent AVON, Coralie DANCHIN-BURGE, Département Génétique.




Après la domestication : les populations primaires



Extrait de la thèse vétérinaire de Marie-Pierre VIVICORSI

 

« Contribution à l'étude de la sauvegarde des races domestiques menacées de disparition. L'exemple de la chèvre du Rove » Année 1998.


L'étude de la dynamique génétique post-domesticatoire a amené à définir trois groupes de populations ou de races domestiques animales:


  • Les populations traditionnelles ou primaires

  • Les races à standards

  • Les lignées sélectionnées


Les populations traditionnelles représentent le premier stade d'évolution d'une espèce après sa domestication; elles n'ont pas encore subi de sélection avec création d'isolats génétiques et sont caractérisées par la panmixie d'accouplements se faisant au hasard et effectifs illimités.

Après la domestication, les populations primaires se mettent à diverger génétiquement de leurs ancêtres sauvages par leur aspect extérieur. Les animaux domestiques varient par la couleur beaucoup plus que les animaux sauvages de la même espèce. Ce phénomène s'explique très bien en terme de génétique des populations:


  • certains mutants apparus après la domestication acquièrent un avantage sélectif dû à la nouvelle ambiance qui favorise leur maintien. Il s'agit de mutants viables (en particulier ceux de coloration du pelage) dont l'élimination en milieu naturel se ferait par rejet de la part de leurs congénères ou par action des prédateurs.

  • Dans un premier temps, l'homme ne veut ou ne peux pas éliminer ces variants, se contentant d'assurer à tous les animaux de son troupeau, des chances égales de se reproduire quelle que soit leur apparence.


Ces populations sont ainsi aisément discernables car elles présentent une grande variété dans leurs aspects extérieurs, en particulier une certaine « bigarrure ». Cette variabilité est donc due à l'accumulation de mutants à effets visibles normalement éliminés par la sélection naturelle mais que précisément, la domestication va conserver.

Même s'ils le désirent, les éleveurs sont incapables dans certains systèmes d'élevages de faire disparaître cette bigarrure, pour créer la seconde catégorie apparue plus tard historiquement des « races à standard » dont l'aspect extérieur est uniforme (les races standardisées n'apparaissent vraiment en nombre qu'en Europe Occidentale et à la fin du 19ème).Plus récemment enfin, sont apparues à partir de races à standards, des lignées sélectionnées.

 



- Classification des races en France -

 



Les races dominantes

Alpine Chamoisée

 

Saanen

 


Les races à petits effectifs

Corse

 

Angora

 

Rove

 

Poitevine

 

Pyrénéenne

 


Les races menacées

Provençale

 

Des Savoie

 

Du Massif-Central

 

Des Fossés

 


Les races à très faibles effectifs

Catalane

 

Cou clair du Berry

 

De Lorraine

 

Roya-Vésubie

 


Les races disparues

Sundgau

Du Mont d'Or

La chèvre des Albères



 

                                                                                                                                   

Voir les commentaires

Publié le 26 Janvier 2009

L'HISTOIRE DE LA CHEVRE DU MASSIF-CENTRAL

 

Les premiers programmes de conservation des races locales ont été initiés dans les années 90, parmi elles les Poitevines et les chèvres du Rove ont bénéficié des premiers programmes initiés à partir d'associations d'éleveurs, relayés pas l'Institut de l'Élevage et l'INRA. Ces populations initiales partaient très souvent d'une situation très dégradée dans lesquelles peu d'animaux purs subsistaient.          
            
          


Les origines:  
 

A de rares exceptions près les auteurs anciens sont d'accord pour faire dériver les races de chèvres françaises la race européenne elle-même issue du rameau primaire indo-européen et les regrouper en trois ensembles : le groupe Alpin, le groupe Pyrénéen et le groupe du Massif-Central. Ces trois groupes ont été sans doute très polymorphes quand à la taille, la longueur du poil et la couleur de la robe. Il subsistait encore beaucoup de ce polymorphisme au début du 20ème siècle.

Contrairement à ce que l'on pouvait peut-être s'imaginer toutes les longueur de poils se rencontraient dans tous les groupes: le poil ne constitue donc pas un critère intéressant sur le plan phylogénique.

Il est probable que le polymorphisme était la règle pour toutes les espèces d'animaux domestiques avant la création des livres généalogiques.


Texte de la société d'Ethnozootechnie.


Dans la littérature technique classique sont rattachés au groupe du Massif-Central les sous-ensembles suivants: Poitevine, chèvre du Berry et de Tourraine, la race du Massif-Central ou Auvergnate. Apparaissent également des qualificatifs micro-régionaux tels que Ardéchoise (variété de la montagne), Haute-Loire (variété de la plaine), chèvre du Falgoux (Cantal), chèvre des Cévennes (variété noire ou blanche), rameau de la Drôme, chèvre beige-rosé du Lioran...


En résumé cette chèvre était la population traditionnelle de tout le centre de la France (Auvergne, Limousin, Berry, Vallée du Rhône occidentale). Dans le sud-est cette chèvre peuplait les départements du Gard de l'Hérault, Lozère, Ardèche, Haute-Loire, Cantal...

Localement, certains éleveurs ont pu chercher à standardiser cette population (Blanche des Cévennes, ou beige-rosé du Lioran) mais sans aboutir pour autant à un standard de race.


Cette importante population c'est maintenue intacte jusqu'au tout début des années 60. C'est pendant cette décennie qu'on assiste à l'installation des néo-ruraux d'origine citadine, qui implante avec eux des élevages spécialisés basés sur l'utilisation de deux races de chèvres d'origine Suisse l'Alpine Chamoisée et la Saanen. L'élevage local traditionnel commence à disparaître. Les boucs alpin et saanen diffusent très vite, l'érosion des souches locales s'accélèrent.

Dans les années 1994, une association d'éleveurs et d'amateurs de patrimoine vivant au sein de l'association FERME crée l'Association pour le Renouveau de la Chèvre du Massif-Central pour tenter de sauver les dernières lignées d'animaux.

Le premier recensement inventorie 120 chèvres chez 23 éleveurs, puis un autre en 2000 plus de 500 animaux dans une 50 d'élevages avec des degrés de croisements variables mais avec 57 boucs issus de 27 lignées différentes ce qui constitue un avantage.


TEMOIGNAGE:


Voici ce que disait de cette chèvre dans les années 60 le Syndicat Professionnel des Eleveurs du Puy-de-Dôme (Mr. COULOMMY-BLANCO) dans le journal de la Haute-Loire paysanne du 9 avril 1966 dans un article intitulé « Elevage de la chèvre en Auvergne: La race du Massif-Central »


L'élevage de la chèvre en Auvergne. La race du Massif-Central

La chèvre de chez nous, la race du Massif-Central, dont le milieu naturel est le Puy-de-Dôme, le Cantal, la Haute-Loire. Chèvre de montagne, rustique et résistante au climat dur, pas difficile à nourrir.

 

Convenablement traitée, elle donne ses 400 à 500 kilos de lait à l'année (en moyenne) et certaines bètes beaucoup plus... lait très riche, un peu fort, ce qui n'est pas un défaut pour la fabrication des fromages. Cette race est une des premières de France en tant que fromagère.

Caractéristiques:

Les caractéristiques qui la font reconnaître sont : sa taille, de moyenne à grande; aspect maigre; arrière-train fléchissant; robe roussâtre à noire assez fournie; poils longs et à demi-courts; quelques unes à poil ras (mais rares).

Le ventre ainsi que les pattes jusqu'à la naissance de la queue en bordant le corps sont de couleur claire, voire blanche; museau fin, et enfin, détail caractéristique de cette race, d'un ton fauve ou blanc. Le regard est vif, l'oreille en cornet droit.

 

Le grand dommage est que cette chèvre n'aie jamais été sélectionnée. Si elle l'avait été, comme c'est le cas de l'Alpine depuis une trentaine d'années, à ce point de vue, il est certain que, sans être une "laitière" comme l'Alpine, elle serait à un stade de rendement amélioré et très recherchée aujourd'hui pour son lait riche et ses qualités fromagères qui font qu'avec moins de lait on produit d'avantage de fromage.
Mais, comme on dit... "il n'est jamais trop tard pour bien faire"...

Pour revenir à notre chèvre du Massif-Central, elle est d'une rusticité éprouvée, adaptée à notre région depuis des siècles. Vous ne serez pas obligé d'appeler le vétérinaire avec elle.
Sortez la par tout temps, hiver compris, sauf les jours de pluie ou de neige. Elle saura trouver sa nourriture en toute saison. Naturellement, en hiver, il faudra lui donner un appoint en plus de bon foin.

La part des choses

Certes, vous aurez avec elle moins de lait que les races classées "laitières", mais en faisant la part des choses... pas tellement moins de fromage. Notre chèvre du Massif-Central, en l'améliorant peu à peu, arrivera à vous donner son lait à un prix de revient moindre par rapport aux autres.
Car nous ne sommes plus à l'époque des grandes productions coûte que coûte...
Nous sommes, aujourd'hui, à produire en regardant de près le prix de revient du litre de lait, tout en améliorant sans cesse la qualité du produit.
L'Auvergne était autrefois trés renommée pour ses fromages de chèvre. Et qui lui avait donné cette renommée? C'est bien la chèvre du Massif-Central et son terroir.
A nous de faire le nécessaire pour lui redonner sa place d'autrefois.

 

 


 


Voir les commentaires

Publié le 26 Janvier 2009

  Histoire de l'Association

 

                  Association pour le Renouveau de la Chèvre du Massif - Central

 

 

PRESENTATION  


     

 

En février 1994 lors de l'assemblée générale de l'association FERME* (Fédération pour promouvoir l'Elevage des Races domestique MEnacées) certains des adhérents font part de leur inquiétude concernant la disparition de la chèvre commune du Massif-Central. Bien que toujours présente dans les mémoires elle risque de n'être plus qu'un souvenir si à ce stade rien n'est fait. Au travers des démarches de repérages sur les plateaux de Haute-Loire et d'Ardèche de nombreux contacts avec des éleveurs souvent âgés s'établissent. Ainsi la parole donnée aux anciens permet d'en savoir plus. Cette chèvre qualifiée comme une population est décrite en termes élogieux (robuste, bonne laitière, bonne mère...) le terme de population va être gardé car il semble le mieux décrire cette chèvre aux phénotypes très divers. 

 

L'assemblée générale décide donc de lancer une action de sauvetage et aide à la constitution d'un troupeau conservatoire 14 animaux acquis en 1994 et 8 en 1995. La connaissance de cette action va permettre à des personnes, qui menaient déjà un travail de conservation de façon isolée de devenir partenaires. D'autres seront encouragés par cette dynamique et deviendront éleveurs. Certaines personnes deviennent bénévoles actifs (techniciens, vétérinaires)  

 

En novembre 1996, l'action menée pour la chèvre commune du Massif-Central permet la constitution de l'Association pour le Renouveau de la Chèvre du Massif-Central.

L'action de l'ARCM-C s'oriente sur:

 

  • Le repérage: plateau ardéchois, Haute-Loire, mais aussi Forez, Cantal, Lozère

  • La recherche de documentation et d'information

  • La prise de contact avec divers partenaires

  • L'aide à la création de troupeaux conservatoires

  • L'organisation de la fête de la chèvre à Saint Front (43)

 

En 2000 diverses actions sont menées:

 

  • Inventaire: en partenariat avec FERME un inventaire est effectué. Il prend en compte les animaux présents chez des éleveurs adhérents ou non. Les chiffres sont alors de 553 animaux plus 59 femelles F1 réparties dans 50 élevages dans 11 départements.

  • Parc des Monts d'Ardèche: à cette époque un contact est pris avec le futur parc des Monts d'Ardèche qui s'intéresse à cette action. Intervention financière pour pépinière de chevrettes et aide à l'inventaire (malheureusement ce partenariat ne se concrétise pas)

  • Avec l'Institut de l'Élevage: l'ARCM-C rencontre Mme Coralie Danchin-Burge de l'Institut de l'Élevage pour pérenniser l'action de recensement.

     

 

LES OBJECTIFS:

 

  • Promotion et information, diffusion de documents  
  • Suivis des inventaires (effectif, lignée, généalogie)  
  • Reconnaissance des boucs                                 
  • Travail sur la production laitière
  • Travail sur le phénotype (longueur de poils, gabarit, cornage, port d'oreilles)
  • Partenariat avec les diverses institutions et associations
  • Fête de la chèvre du Massif-Central à Saint-Front

 

ARCM-C   Centre d'Accueil Gérard Chavaroche

Route du Charron - 43 550 Saint-Front

 arcmc.contact@gmail.com

Voir les commentaires

Publié le 26 Janvier 2009

   Description, aptitudes et performances

      


Description dans la littérature ancienne 


Extrait d'un document de Joseph CREPIN, « La Chèvre », aux éditions HACHETTE 1906 - paragraphe « La chèvre dans le Massif-Central ».


« Il existe dans la région centrale de la France et particulièrement dans le Massif-Central, une race caprine assez mal fixée et du reste peu plaisante à l'œil, qui nous paraît être le résultat de l'abâtardissement de la chèvre des Pyrénées avec la race commune que l'on trouve sous toutes les latitudes et qui nous donne partout, par la rudesse de son poil noir ou fauve, et l'insignifiance de son individu, l'impression de ce que pouvait être la chèvre à l'abandon...

La robe dans le Massif-Central est brun-fauve, lavé ou noir, le ventre de couleur clair ainsi que les pattes et la bordure du corps du côté de la queue. Le poil est long surtout sur la partie postérieure de l'individu et brusquement raccourci sur la région du cou. Il y a cependant dans cette race des variétés demi-long et même à poil ras...
 

 

Les chèvres de l'Ardèche et de la Haute Loire constituent deux variétés: celle de la montagne et celle de la plaine.

La première généralement sans corne et de petite taille a le pelage bai-brun, le poil long sur les cuisses et courts sur l'avant train. Elle donne rarement plus de 3 litres de lait après la mise bas, et tombe à 1 litre après six mois de production. Il est bien entendu du produit obtenu de cet animal lorsqu'il cherche sa nourriture dans la montagne et ne reçoit absolument rien à sa rentrée à l'étable...

La deuxième variété dite de la plaine diffère sensiblement de la 1ère, qui, à noter sens est la véritable chèvre de pays. La chèvre de la plaine est plus grosse que l'autre. Elle est généralement cornue, son pelage passe par toutes les nuances du brun-noir au blanc. Son lait décèle moins d'odeur caprine que la montagne... ».


Livre « La chèvre et ses produits » Madame Jenny NATHAN, 1932.

 

Les races de chèvres


« L'auvergnate (fromagère)- La chèvre d'Auvergne a un plus joli manteau de fourrure tantôt longue tantôt demi-courte quelque fois même rases selon les régions auvergnates...

J'avais rapporté quelques chèvres de Massiac du Cantal région du Lioran, achetées sur le marché et vraiment belles dans leur variété. Leurs robes assez fournies et longues étaient beige-rosé. Le poil de l'auvergnate bien que grossier est exploité tel qu'il est pour des tissus communs inusables.

Avec leurs oreilles très courtes tenues raides droites en forme de feuille de muguet, leurs cornes rejetées en arrières, leurs ravissantes toisons cachaient un fort beau pis. Ces chèvres de pur Auvergne étaient homogènes et magnifiques. Toutes celles que je ramenaient pour mes études furent munies au départ d'un curieux et rustique collier de bois sculpté. Tout à fait pratique bien que peu moderne.

Notons que c'est à ce groupe autochtone de caprins assez varié comme type, qu'est rattaché la principale industrie des fromages de Saint Nectaire. Leur laitage est riche en crème et très propice au fromage... »


J. CHARRON (ingénieur agricole) Livre « Chèvres et chevreaux » Éditions Rustica


Les races:

L'Auvergne terre d'abondance zootechnique, est représentée par une population caprine aux rameaux multiples dont plusieurs sont vraiment méritants et ne cèdent en rien aux types alpins...

C'est notre confrère et ami H. BLIN, qui a justement signalé à l'attention des amateurs: la chèvre du Falgoux, région de Salers elle produit 4 voir 5 litres de lait avec une lactation cependant moins longue que la maltaise, à laquelle H. BLIN la compare...

Il faudrait ne pas avoir lu les délicieux romans de Ferdinand Fabre, pour ne pas se souvenir des chèvres Cévenoles de la région de Bédarieux, c'est l'un des rameau de la race d'Auvergne. Ces différents types se présentent avec des apparences variées mais se sont des animaux de grande taille.

 


Monographie agricole du département de la Haute Loire annexe de l'enquête 1929, édition Ministère de l'Agriculture.


§ n°7: Les chèvres


« L'enquête de 1929 fournit un chiffre 22500 têtes plus élevé que celui d'avant-guerre.

L'espèce caprine est exploitée partout en Haute Loire, mais particulièrement dans les régions pauvres de l'Est et de l'Ouest, concurremment avec le mouton. Il n'existe pas de race définie... »


Notice sur l'instruction publique, l'agriculture et l'industrie du canton d'Yssingeaux 1828. Mr de Sainte Colombe.


Au chapitre chèvre:

« ...quelques agronomes ont essayé l'amélioration de la race des chèvres de Pays, en introduisant l'espèce du Thibet, elle y a très bien réussie et on en a déjà obtenu des produits. Si cette pensée généreuse est couronnée de succès nous devrons de la reconnaissance à ces agronomes qui auront donné à notre pays une espèce à laquelle le luxe des riches attache un si haut prix (utilisation du sous poil pour un tissage de qualité).



Description actuelle :


Elle distingue 3 types principaux


1er type: Noire et blanche

  • Pattes et ventre blanc ainsi que la sous-queue
  • Oreilles blanches ou ourlées de blanc.
  • Listes ("barrettes") blanches descendant des cornes aux naseaux, englobant si possible le menton (ces traits blanc seront les plus larges possibles).


2ème type: Les patrons colorés

  • Marron « café au lait » plus ou moins foncé, noirâtre (fauve),  gris-argent,  gris-souris

  • Marron « chocolat » plus ou moins foncé

  • Pie noir ou pie blanc, présence de larges tâches blanches ou noires, ou petites bigarrures (mouchetées)

     

3ème type: dit « cévenol » 

  • Soit entièrement blanche (blanche des Cévennes à poils longs, obligatoire sur la culotte) 
  • Soit entièrement noire (noire des Cévennes souvent à poils ras)


Dans tous les types:

 

  • Poil long recherché, avec présence de poil long ou mi-long au moins sur l'échine et les cuisses (jupe).
  • Lorsqu'il y a cornage, il est recherché orienté vers l'arrière
  • Oreille portée horizontalement, cornet ouvert vers l'avant. Seront mal notées les oreilles longues pointant vers le haut.


Sont rédhibitoires: 

  • Les patrons alpins comprenant la couleur chamoisée (marron rougeâtre)
  • Les raies dorsales noires
  • Les pattes noires 

 

           ...Ces caractéristiques traduisant l'infusion de sang alpin.


Les croisements alpins chamoisés  x Saanen donnant fréquemment des couleurs beige-rouge, ces couleurs seront écartées également, bien que le patron beige-rosé ait été décrit dans la littérature ancienne.



En résumé : Cette chèvre sera recherchée plutôt de grand format, trapue, rustique, osseuse, généralement avec du poil long sur l'échine et sur les cuisses, ainsi que sous le ventre.



Aptitudes et performances:

Cette chèvre est appréciée pour ses qualités laitières honorables et sa rusticité. Mais comme pour beaucoup de races à faibles effectifs il n'existe pas de références techniques de production suffisantes.

Sa capacité à la marche, son aptitude à brouter y compris dans les fourrés ont pour conséquences qu'elle tire profit de la flore autochtone des ronces et arbustes et qu'elle permet ainsi une bonne valorisation des pâtures, des parcours, des fourrages grossiers.

Cette chèvre a la réputation historique d'être une bonne laitière docile, bonne mère (décrite comme nourrice d'enfant en direct!)

Sa production est satisfaisante pour les éleveurs avec une bonne persistance laitière et une bonne valorisation fromagère.

Sa robustesse et sa faculté d'habituation aux intempéries (froid) en font un animal, qui bien élevé, pose très peu de problèmes sanitaires.



Évolution des effectifs du répertoire depuis 2003


                                                                 2003      2004      2005      2006        2007


Nombre d'élevages répertoriés             24       27       26       25       30

 


Nombre de chèvres inventoriées        321         387         426        452         474

(maximum un quart de sang étranger


Nombre de chèvres inventoriées        512    617       655     656    637

(maximum 75% de sang étranger)


Nombre de mâles répertoriés              47      50        54       56      52

(maximum un quart de sang étranger)


Taille moyenne des troupeaux             21      23        25       27      23


Source Institut de l'Elevage

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le 26 Janvier 2009

 

 

       

              FETE DE SAINT FRONT            

 


Elle constitue le temps fort de l'association. Initiée en 1997 cette fête située dans un petit village de montagne de Haute Loire (1200 mètres d'altitude), a lieu chaque année le troisième dimanche de juillet.

Prochaine fête: le dimanche 21 juillet 2013


Organisée conjointement par des éleveurs de la Chèvre du Massif-Central, le centre d'accueil – Ferme Pédagogique de Saint Front, et le comité des fêtes du village, elle permet aux éleveurs:

  •   D'acheter et vendre des animaux

     

  • De présenter leurs troupeaux,

  • De faire confirmer leurs animaux, par un jury sous l'égide de l'Institut de l'Élevage,

  • De mettre leurs meilleurs sujets en concours        

  • D'échanger avec leurs confrères professionnels, les représentants de l'élevage.

  • De rencontrer le public (2 à 3000 visiteurs chaque année).

    Ferme-Traite-Ch-vre-par-jeune-fille-flout-.jpg


  • Conscients d'être des acteurs d'un développement durable de l'agriculture, les éleveurs ont l'occasion d'inviter chaque année, lors de cette manifestation, des associations œuvrant dans le même esprit de sauvegarde. Au fil des années ont été présentées les races bovines Ferrandaise, Villard de Lans, Hérens, les chevaux d'Auvergne, de Merens, les chèvres du Val d'Aoste, des Pyrénées, du Rove, etc.


      


La fête est agrémentée d'un marché produit du terroir ainsi que d'un vide grenier. Elle s'enrichit chaque année d'animations nouvelles: tontes de brebis, conférences, balades en poneys etc.

Avant


 
Après 

photos-diverses-390-copie-1.jpg

 

C'est l'occasion de participer à un repas de terroir (lentille, chevreaux),


 

et de déguster de délicieux fromages de chèvre

C'est aussi l'opportunité d'acheter et vendre des animaux.


                                                    PROGRAME DE LA FÊTE  2013


Dimanche 21 juillet


Race invitée: chèvre Cou Clair du Berry


À partir de 7h: vide grenier

A partir de 9h30: Arrivée des animaux

À partir de 10h: Marché de pays

12h: Défilé des chèvres dans le village

À partir de 12h30; Repas avec au menu: Fromage de chèvre chaud sur son toast, cabri du Massif-Central en daube, légumes, pàtisserie. Prix 12€ menu enfant: 7€

15h30: nouveaux défilé des animaux dans le village.

16h15: Présentation des animaux de la ferme pédagogique.

16h30: Tirage de la tombola.

16h45: résultat du jeu de la chèvre avec les enfants.

17h: Résultat du concours des caprins.


Toute la journée:

Exposition de volailles

buvette, animation musicale, stand de l'offisme du tourisme du pays du Mezenc, démonstration de tonte de moutons, vente de fromages de chèvre et de librairie.

À partir de 13h30 baptême à poney

Entrée libre

 

Quelques photos de l'édition 2012...

 

Bouc 1er prix - Ferme pédagogique St Front 

Paco AFPE - 1Er prix

Bouc 2ème prix - Frédérique Lagier 

bouc Lagier 2ème prix

 

Bouc 3ème prix - Olivia Leveneur  (La Grange Aux Cabris)

Gandalf (Leveneur) 3e prix

Prix bouquillon - association TRI 

Prix bouquillon asso TRI

 

Prix chèvre suitée - Mlle Tible 

prix chèvre suité (Mlle Tible)

 

Au fil de la journée...:


Brebis Brigasque

Brigasque2

 

  Brebis Bizet

Brebis Bizet                                                                           

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

Cane et canetons

P1030427

 

Boucs....

boucs-copie-1

 

Le défilé! Massifs, Roves et brebis Brigasques dans les rues

 

défilé1  défilé2

P1030442     

 

        P1030447

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Stands

stand2    Tommes

Voir les commentaires

Publié le 26 Janvier 2009

NOS COORDONNEES

 

 

ARCM-C  

Centre d'Accueil Gérard Chavaroche

Route du Charron - 43 550 Saint-Front

 

arcmc.contact@gmail.com


N'hésitez pas à nous contacter par mail pour tout renseignement: achats d'animaux, standard de la race, mise à jour d'inventaire...

 



Liste des éleveurs adhérents à l'association au 31/12/2013
 

triés par département

(fichier pdf)

 


 

 

 

 

 

NB: l'inscription à l'inventaire est indépendante de l'adhésion à l'Association...

  ...Vous pouvez remplir un inventaire sans cotiser!

 

 INVENTAIRE VIERGE A IMPRIMER

 



Voir les commentaires